A esperança se esvai ?

Eis-nos no 17º. ano do século XXI — que começa triunfalmente confuso e brutal…Parece que o 17º. ano deste século mau quer superar, em estupidez e barbárie, a seu antecessor.

— os acontecimentos indicam que sim: a esperança se esvai, mas resta-nos a Esperança!

E se grafei aí acima o substantivo com letra minúscula é que há uma quase certeza que esta nada tem a ver com aquela Esperança de que nos fala o Cristianismo.
Relembro aqui de alguns mestres da nossa tradição católica:
No ponto zero: Ernest Hello:

Digo-vos: há na vida do homem e na vida da humanidade momentos em que a razão perturba-se…Nesses momentos, de conturbada razão e em que muito sangue é derramado, é ainda mais apropriado e necessário que voltemos nossos olhos para a esperança e desta à mãe de toda esperança – a Esperança com E maiúsculo: Cristo.

  1. Charles Péguy – a filhinha frágil – “petite espérance

“Ce qui m’étonne, dit Dieu, c’est l’espérance. Et je n’en reviens pas.
(…)
“L’Espérance est une petite fille de rien du tout.
Qui est venue au monde un jour de décembre de l’année dernière.
Qui joue encore avec le bonhomme Janvier.
C’est cette petite fille pourtant qui traversera les mondes.
Cette petite fille de rien du tout.
Elle seule, portant les autres, traversera les mondes révolus.

2. Léon Bloy:

Mais quoi! c’est un atome d’espérance pour contrapeser um mont de terreurs!

3. Antônio Carlos Villaça, lembrando Jacques e Raïssa Maritain, em carta a Urbano Medeiros, 1989.:

“A grande dimensão que caracteriza o homem é o futuro. A nossa dimensão verdadeira é o futuro. E, assim, somos seres da Esperança. A espera se faz Esperança. E tudo é futuro, em nós…”

4. Georges Bernanos:

Fé: 24 horas de dúvida, menos um minuto de esperança.

Léon Bloy (2)

“La Souffrance n´est autre chose que la Volupté toute nue.”

(em “Le Pèlerin de L´Absolu”, p.124).

Livros: montanhas e brisas

Na literatura há também montanhas e brisas. Os livros que encontramos são, na maior parte, como as correntes de ar; e sua leitura tem a brevidade e o enfado de uma gripe. Leu-se, sofreu-se, acabou-se…
(G. Corção)

Pensando nisso (como um Twitt estendido), ao lembrar o dia em que fechei a leitura deste autor admirável e um livro doloroso (un tissu pas legère), que me deixam a pensar na frase do Corção e em muito mais, sofrimento que persiste. Léon Bloy é, certamente, mais do que uma corrente de ar.

Léon Bloy (I)

« Le tissu léger capa_bloy1de son langage, qui laissait voir les formes pures de sa pensée, n´était presque rien de plus qu´un rappel constant des humbles choses de la nature qu´elle avait pu voir »

Fonte: Léon Bloy, La Femme Pauvre, Editions La Part Commune, Paris, 2004, pág. 97.
**Veja este post no caótico Wordle
Mais sobre BLOYWordle: Bloy em Wordle

Parentesco espiritual, segundo Bloy

“Ma chère Madeleine (…)
Les personnes habituées uniquement aux impressions et aux jugements vulgaires ne peuvent concevoir que la parenté de la chair, la proximité visible. Il y a bien autre chose pourtant. Il y a la parenté spirituelle qui est un mystère.

“Nous avons tous, dans ce vaste monde, des frères et des soeurs qui ne nous seront montré que dans la vie future, des âmes extrêmement éloignées de nous en apparence et qui, cependant, nous sont proches quelquefois que les âmes de ceux qui tiennent à nous par les liens du sang. Ma vie, vous le savez, a été exceptionnellement douloureuse. Eh! bien, quand je souffrais presque au-dessus de mes forces, il m´a semblé souvent que je payais pour d´autres, pour des inconnus qui ne pouvaient pas payer et que ma souffrance passait au-dessus des têtes plus ou moins chères qui m´entouraient pour aller infiniment loin, pour aller à des captifs, à des opprimés vivants ou défunts qui correspondaient mystérieusement à moi. C´est ce que notre sainte Église nomme la Communion des Saints et c´est un des 12 Articles de la Foi.

“Il arrive cependant que ces inconnus pour qui on souffre et pour qui on prie, sont manifestés quelquefois sensiblement, dès cette vie, et c´est ce qui nous est arrivé. Car je suppose que, sans le savoir, vous avez vous-même souffert pour moi. S´il n´en était pas ainsi, comment se pourrait-il que j´eusse été poussé irrésistiblement à prier pour vous, Madeleine, comme je n´ai jamais prié pour personne? Comment aurais-je pu vous sentir tant d´années si près de moi, si implorante et si douce? Voilà, chère amie, ce que je sentais le besoir de vous écrire, du fond de mon couer.”

***
Fonte: Bloy, Léon : “Le Pèlerin de L`Absolu”, Nota 11, février, 1911 (trecho de carta À la soeur de Martineau)

Recebi “o Peregrino do Absoluto” (Bloy)

Livro antigo, emoção nova.

Le Pèlerin de L´Absolu et Le Mediant Ingrat (I)

Le Pèlerin de L´Absolu et Le Mediant Ingrat (I)

Uma alegria quase infantil  me inundou o coração nessa tarde: chegaram minhas mais recentes aquisições pela Estante Virtual.

Ei-los, velhinhos, mas atuais em conteúdo. Léon Bloy é grande!

E o livro gasto pelo tempo [da ed. Mercure de France, 1919], me chega como, há 90 anos atrás, chegara um volume do “Velho da Montanha” a um amigo de Bloy, “galopando atrás do leitor“:

Un ami me remercie en plusieurs pages de lui avoir envoyé le “Vieux de la Montagne”. Sa lettre est datée de Mexico, 11 octobre, et mon livre a couru après lui de Jarnac à Alexandrie, puis à Bombay, à Singapore, à Shangai, ensuite à San-Francisco pour l´atteindre enfin à Mexico. Il n´y a peut-être que mes livres pour galoper ainsi après leurs lecteurs”.

(Nota 31, oct.1911, pág. 195):